Ferdaous, une voix en enfer / Nawal El Saadawi

EAN : 9782721005489 161 pages
Éditeur : Editions des Femmes (25/01/2007)

" Ils m'ont condamnée à mort non parce que j'ai tué - car il y a des milliers de gens qui tuent chaque jour -, non, ils m'ont condamnée à mort parce qu'ils ont peur que je vive. Ils savent que si je vis, je finirai par les tuer. Et de fait, ma vie signifie leur mort, et ma mort leur vie. Or ils sont assoiffés de vie et la vie pour eux, c'est un surcroît de crimes, un surcroît de richesses. Moi, j'ai vaincu la vie, j'ai vai...

[Source Babelio, lire la description complète]

Mon commentaire :

Excellent roman que j’ai hâte de lire!

Citations :

Texte tiré de la préface d’Assia Djebar, la grande écrivaine algérienne

« Il s’agit bien dans ce livre, de naissance. Celle d’une parole.

Ferdaous en langue arabe signifie « Paradis », et c’est donc une femme prénommée Paradis qui, la veille d’être pendue pour avoir tué un homme, interpelle, d’une « voix en enfer », toutes les femmes d’une société où l’oppression sexuelle séculaire commence à peine à être dite de l’intérieur.

Etapes successives de la vie de Ferdaous, devenue prostituée par révolte, après avoir traversé les cercles d’une exploitation implacable : son enfance en Haute-Egypte où le père, écrasé de misère, épargne sa vache mais non sa femme, ni sa fille ; son adolescence au Caire où l’oncle, professeur, refuse de l’envoyer à l’université « où il y a des hommes » et la marie de force à un vieillard. Femme battue, Ferdaous choisit la rue où le premier protecteur se transforme en proxénète, où les policiers des quartiers pauvres, les clients aisés des maisons des rendez-vous, les mauvais garçons, et jusqu’à un syndicaliste repenti et embourgeoisé, renvoient à Ferdaous une image à peine accentuée des autres hommes. Ferdaous qui, au bout de multiples fuites désespérées, devient meurtrière par défi. »